Actualités Journées d’étude: Appel à participation

Art et humanitaire : considérer les possibles

Le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, la HEAD – Genève, Haute école d’art et de design (HEAD) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), en partenariat avec la Croix-Rouge genevoise, proposent d’interroger les relations entre art et action humanitaire.

Les problématiques humanitaires sont aujourd’hui plus complexes qu’elles ne le semblent au premier abord. On remarque une évolution des conflits : ils s’étirent dans la durée, leurs acteur.trice.s ne sont pas clairement identifié.e.s, leurs motivations sont parfois difficilement lisibles et leur niveau de violence n’est pas linéaire. Les catastrophes naturelles sont plus violentes, plus soudaines, plus impressionnantes, et touchent toutes les couches de la population. On découvre l’impact des pandémies et les inconnues qui y sont associées. De nouveaux problèmes humanitaires apparaissent, liés à la numérisation de nos sociétés. On parle de guerre cybernétique, de l’impact de la désinformation, de la propagande sur des populations civiles sans oublier le dilemme de la fracture numérique.

L’art peut-il nous permettre d’appréhender et donner sens à ces complexités ? En créant des espaces et des temps de réflexion très différents de celui des médias, les œuvres qui abordent les questions humanitaires peuvent-elles en favoriser une compréhension plus nuancée et incarnée ? Comment s’assurer que la représentation de ces problématiques ne trahisse ni les personnes affectées, ni les situations elles-mêmes ? Le public, les artistes et les humanitaires gagnent-ils à mieux se connaître et à apprendre les uns des autres ? L’art en dialogue avec l’action humanitaire favorise-t-il l’engagement, individuel et collectif ? Que peut l’imaginaire artistique lorsque celui d’un peuple entier est réduit à l’état de ruine ? L’artiste peut-il jouer un rôle de médiateur.trice ?

Principalement perçues à travers leur représentation médiatique, les questions humanitaires contemporaines peuvent facilement paraître dissociées de la vie de tous les jours. Les médias les gardent à une distance confortable. Bien qu’elles fassent souvent les gros titres, elles ne constituent qu’une information parmi d’autres, transmises via un dispositif (écran, journal, radio) qui peut être désactivé et rangé. Nous pouvons facilement les garder à distance. Elles peuvent ainsi donner l’impression de se déployer ailleurs, loin de nous, et ne concerner que les autres.

Or ces questions ne sont pas aussi éloignées de notre réalité que nous le pensons. Nous avons tout.e.s ressenti une certaine fragilité, un désarroi, lors de la pandémie liée au COVID-19. Nous sommes tout.e.s sensibles aux conséquences du changement climatique et de l’impact qu’elles auront sur notre vie quotidienne future, notamment sur l’accès aux ressources. Nous voyons aussi la montée de nationalismes exacerbés et d’une rhétorique vindicative et guerrière dans de nombreuses régions. Finalement, ne serons-nous pas tous un jour affectés par une crise ?

Dans le cadre de deux journées d’étude les 29 et 30 avril 2021, intitulée « Art et Humanitaire : Considérer les possibles », l’attention portera notamment sur les modalités et les intentions des collaborations possibles entre public, artistes et humanitaire. Croisant les démarches pratiques et théoriques, les discussions seront menées autour de quatre thèmes interconnectés :

Représenter

  • Comment l’art s’approprie-t-il les situations humanitaires ?
  • Comment les humanitaires utilisent l’art pour parler des crises ?
  • Comment considérer la vulnérabilité ?
  • Quelle est la responsabilité des artistes dans la représentation des situations humanitaires ?

Interagir

  • Est-ce que l’humanitaire permet à l’art de nouvelles formes d’interaction et vice versa ?
  • Comment dépasser la représentation?
  • Comment instaurer le dialogue entre artistes et humanitaires ?
  • Quels rôles pour l’artiste, l’humanitaire et la personne affectée ?

Reconstruire

  • L’art permet-il de faire acte de mémoire ?
  • L’art, une forme d’aide ?
  • Quel rôle l’art doit-il jouer dans la reconstruction ?
  • Comment assumer sa vulnérabilité ?

Anticiper

  • Y a-t-il un parallèle entre numérisation de l’action humanitaire et celle de l’art ?
  • Comment l’art permet-il de réfléchir différemment ?
  • L’artiste est-il visionnaire ?
  • Quel futur pour l’Humain ?

De nature interdisciplinaire et à portée internationale, ce colloque s’inscrit dans le cadre plus large d’un projet d’exposition au Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et de publication (printemps 2021) en lien avec le Prix Art Humanité. Initié en 2015 par la Croix-Rouge genevoise, en partenariat avec la HEAD – Genève, Haute école d’art et de design (HEAD) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le Prix vise à encourager et honorer le lien entre l’art et l’humanité en tant que principe fondateur du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Ouvert aux étudiants et aux diplômés de la HEAD, il entre dans sa sixième édition.

Les propositions (2’000 signes maximum) pour des présentations de 30 minutes sont à adresser à Julie Enckell Julliard, Philippe Stoll et Pascal Hufschmid, accompagnées d’un curriculum vitae, par email à Pierre-Antoine Possa (pap@redcrossmuseum.ch) jusqu’au 18 décembre. Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Le format du colloque est hybride, sur place et en ligne. Les frais de déplacement et de séjour des conférenciers seront pris en charge par les organisateurs selon des barèmes établis.

Télécharger le document

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *