- Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge - http://www.redcrossmuseum.ch -

Histoire et architecture

Les dates clés


ARCHITECTURE

Une archéologie de l’existant: le projet des espaces communs

Coordinateur du plan directeur général pour la réalisation du nouveau Musée, ainsi que celui des trois scénographes de l’exposition permanente, l’atelier oï est l’architecte des espaces communs, tels que réception, boutique et aires de circulation.
Ecoutons son point de vue:

Pour aborder le concept d’aménagement des espaces communs, nous avons appréhendé le contexte et l’architecture existants du Musée à l’image d’un archéologue qui, avant tout, tente de comprendre et d’interpréter ce qu’il trouve. Dans ce sens, le contexte de l’œuvre architecturale de l’architecte Pierre Zoelly, datant des années 1980, ne pouvait être occulté de par sa présence et sa force. Ainsi, notre démarche s’est orientée dans une recherche de dialogue avec l’existant plutôt qu’une rupture. Trouver une manière de pouvoir marquer une nouvelle étape, tout en sachant apprendre de l’histoire passée.

Un travail dans la matière
Avant de réfléchir à une forme ou à une composition, nous avons tout d’abord cherché une matière à même de pouvoir dialoguer avec le béton, omniprésent dans l’architecture existante du musée. En contraste avec cette enveloppe minérale, nous avons choisi le bois massif comme la matière unique qui deviendrait le fil rouge de notre intervention en se déroulant comme un ruban tout au long du parcours du visiteur. Une architecture faite de courbes où l’angle droit est absent, où le bois devient matière vivante en rapport à la pierre, une matière venant jouer et se marier avec l’existant mais également avec l’environnement, la matière présente de certaines scénographies, comme le béton de chanvre ou les tubes en carton. Afin de pouvoir jouer de manière différenciée en fonction des programmes et des besoins, nous avons créé, à travers la coupe ondulée dans des lames de bois massif, un outil nous permettant de réaliser les différentes cloisons et mobiliers nécessaires à l’aménagement des espaces communs. Ainsi, par un léger glissement des lames les unes sur les autres, il est possible de faire varier le degré de transparence et d’opacité des cloisons, venant ainsi accompagner de manière différenciée le parcours du visiteur tout au long de celui-ci.

Nous avons choisi un sol coulé dans l’idée d’accompagner également de manière fluide le parcours, de couleur rouge terre, afin de pouvoir se marier de manière chromatique avec le bois de notre aménagement et les multiples matières que l’on retrouve comme des icônes des différentes scénographies.